Limerick, kézako ?

mercredi 2 septembre 2009

Limerick : forme poétique anglaise humoristique, volontiers salace et souvent absurde.

Sa mesure bien définie (cinq vers scandés en rimes aabba) en fait un genre éminemment oral qu’on feignait d’interdire aux oreilles des dames et des clergymen.

Le poète Edwar Lear, maître du genre (A book of nonsense, 1861), commençait habituellement ses limericks par "There was…" (Il était une fois… il y avait…) et reprenait la fin du premier vers à la fin du dernier, souvent en rime équivoque (calembour homophone) - les plus appréciés des limericks présentaient le calembour d’un nom de ville… 

Par sa forme même, le limerick engage à des fabulations farfelues comme le non-sense anglais les apprécie.
L’adaptation en français du limerick ne peut suivre les contraintes de la scansion anglaise et doit se couler dans les règles de la prosodie française pour atteindre l’absurde ou… la gauloiserie.



Toutes les brèves du site

Navigation

Brèves de la rubrique