un poème de Jacqueline Clancier

dimanche 14 janvier 2018
par  Robert Vigneau
popularité : 18%

Jacqueline Clancier, poète et dessinatrice, née à Limoges le 28 mars 1921, vient de décéder à Paris, le 2 janvier 2018. En quarante-cinq années de créations diverses (1938-1983), elle fut l’auteur d’importantes adaptations radiophoniques ainsi que d’œuvres littéraires personnelles créées et diffusées sur France-Culture

Elle était la sœur de l’écrivain Georges-Emmanuel Clancier et la tante du poète Sylvestre Clancier. Elle reste surtout l’auteur de six livres de poèmes édités entre 1945 et 1981 par Seghers, Rougerie ou Grasset comme cette "Vigne Vierge", page extraite de "La Poussière dort dans d’étranges miroirs", recueil paru en 1975 et préfacé par Max-Pol Fouchet.

J’ai choisi ce poème au reflet de notre chagrin : il témoigne de l’âme véhémente et si généreuse de Jacqueline Clancier.

.
.

Vigne vierge
Aussi rouge que ma main
Douloureuse et seule au vent,
Aussi rouge que le monde
Rouge à l’attente des grands deuils
Du noir de l’hiver.
 
Déchirée de peine
Est-ce le sang des enfants de l’été ?
Ou le sang de nos crimes
Que vous portez au ciel
Face au ciel
Preuves de nos veines
 
Vous êtes dans mon enfance
En face
Sur la maison des riches
Constellée sur la laideur
De leurs pierres
Et de leur cœur
Croix céleste sur la laideur.