Carco : Le Chaland qui passe… 

dimanche 4 mars 2018
par  Robert Vigneau
popularité : 13%

LE CHALAND QUI PASSE ? Un classique du "romantisme plaintif où l’exotisme se mêle au merveilleux avec une nuance d’humour et désenchantement…" selon la définition que Carco donne lui-même de son art, même s’il ne s’agit en l’occurence que d’un poème publié par Albin Michel (1963) dans le recueil ROMANCE DE PARIS dont le titre manifeste combien il doit à son activité de compositeur de chansons.
Carco consacra sa vie aux minorités et en fera souvent le sujet de ses œuvres : Canaques, témoins de ses premières années à Nouméa, prostitués, mauvais garçons.

.

LE CHALAND QUI PASSE
 
.
 
Le chaland qui passe est passé
Discrètement sous ta fenêtre
Mais tu feignais alors, peut-être,
De dormir quand il est passé.
 
.
 
Le marinier seul à l’arrière
Jouait un air d’accordéon
Ni gai, ni triste, à la manière
Narquoise des mauvais garçons.
 
.
Et sur la douce et lente Seine,
À la hauteur de la Cité,
Brusquement il s’est arrêté
Puis a fait mugir sa sirène
(Adieu, l’amour ! c’est bien manqué.
Toujours, toujours la même peine !)
Avant de fuir le long des quais.

Francis Carco, Romance de Paris, p. 33.
.