le sel de mai

lundi 13 novembre 2017
par  Robert Vigneau
popularité : 100%

Depuis trois décennies, je compose un calendrier de mes boissons ou nourritures pour présenter mes vœux de saison aux francophones en mon cœur.

Ces quatrains célèbrent des personnages ou des événements privés, lointains, parfois même si personnels qu’ils ont pu paraitre obscurs aux récipiendaires. Qu’ils m’en pardonnent !

Avec ma contrition, voici quelques précisions ou détails, souvent d’ordre intime ou familial, susceptibles d’éclairer le contexte de ces aveux. Et puis, ça me fait plaisir de raconter ces bribes. Cette fois, il s’agit de mes pincées de sel, calendrier paru à l’orée de 1991.

.

mai

Les cuisinières amoureuses
 
salaient trop ? ou ne salaient pas ?
 
Je ne sais plus. Lors des repas
 
c’est jamais la soif que je creuse.

.

C’est une blague récurrente dont je n’ai jamais su, je l’avoue, vraiment m’en démêler. On se moque de la cuisinière qui a négligé de saler le repas. Ou de l’avoir trop salé.

On me l’a expliqué cent fois ; j’ai toujours oublié s’il s’agissait de manque ou de surabondance.

Bref, la cuisinière pensait à son/ses amour(s) au point d’en négliger la salaison correcte pour les autres convives. Ma mère devant sa boite à sel… 

Mais je trouve jolie cette rencontre : le sel, l’amour, sur le même trébuchet !

.


Brèves

2 septembre 2009 - Limerick, kézako ?

Limerick : forme poétique anglaise humoristique, volontiers salace et souvent absurde.
Sa (...)

31 octobre 2008 - Mirlitons : présentation

Les mirlitons publiés sont actuellement ordonnés en trois rubriques : les septains et les (...)