La femme à barbe de Bam

lundi 6 août 2018
par  Robert Vigneau
popularité : 17%

Mais qu’est-ce que c’est, au juste, l’« islamophobie » ? A mon sens, c’est une maladie parfaitement imaginaire qu’on a créée par pur esprit de correction politique. Le mot « islamophobie » sert à déconsidérer tous ceux qui estiment que certaines pratiques de l’islam (certaines ! pas toutes !) sont attentatoires à la liberté, notamment à la liberté d’expression et à la liberté des femmes. Ou que les innombrables violences et cruautés commises au nom de cette religion inquiètent. Il y a de quoi s’inquiéter, non ? (Pierre Jourde, blog du 25 janvier 2015)

.

.

Jourde ?

.

LA FEMME À BARBE DE BAM

.

Il était une fois une ville nommée Bam qu’un tremblement de terre détruisit.
Dans les ruines on vit errer, hébétée, presque nue, la femme à barbe.

Le séisme l’avait surprise sous la douche. Elle avait fui dans le simple appareil, juste le slip noir qu’elle ne quittait jamais depuis son mariage et une casquette de hasard, qui maintenait le voile lui battant aux épaules. Ainsi fonçait-elle de l’une à l’autre de ces mosquées qui existaient désormais seulement dans sa mémoire.

La barbe lui avait poussé soudain au retour du pèlerinage à la Mecque. Elle en éprouvait une religieuse fierté : le Bienfaisant récompensait ainsi sa dévotion. Elle prétendit même se dévoiler en public, exhiber ses joues enfin velues puisque le vénérable port de la barbe, comme chacun le sait, signale le hadji, le mâle qui a accompli le pèlerinage rituel.

- Je me dois de la montrer à tous, ma barbe, lançait-elle. Elle témoigne de la puissance d’Allah ! En prime, il m’a ménopausée, le Miséricordieux !

Hossein ben Hussein, son mari, prit peur. Cette épouse débarrassée des sangs de la lune ! Il courut jusqu’à la Mosquée du Vendredi demander conseil auprès du Mollah Salah Ibn Majid.
- La barbe ? Aucune importance, trancha ce dernier. Les menstrues ne changent rien. Allah béni-soit-son-nom l’a fait naître femme. Qu’elle en garde la modestie !

- Mais les transsexuels ? objecta le vingt-sixième mollah du fond de la classe.
Ce jeunot avait découvert ses tendances honteuses en naviguant sur Internet.
- Qu’appelles-tu transsexuel, mollah 26 ? demanda Salah Ibn Majid, cauteleux.
- Les gens qui naissent mâles mais choisissent de devenir femmes ! Au Maroc, royaume sous l’autorité d’un Commandeur des Croyants, ça se fabrique même par la chirurgie. Et il paraît qu’il en…
- Horreur, modifier la nature divinement créée ! coupa le grand Mollah d’une soudaine autorité. Tais-toi, Frère inférieur ! Silence ou je te vous colle la fatwa zigouillette, malheureux !
L’autre se tut, baissant la tête.

Le grand Mollah du vendredi se tourna vers le mari :
- Vous n’avez qu’à la répudier, cette épouse, dit-il au malheureux. Vous en achèterez facilement une autre !
Ce qu’il fit.

.

PNG - 374.1 ko